Des

Une des séries notables de la rentrée automnale sur le petit écran britannique est une lugubre histoire vraie qui nous est racontée dans la mini-série Des.

la mini-série Des (trois épisodes) est écrite par Luke Neal (épisodes 1 et 2) et Kelly Jones (épisode 3). La série est réalisée par Lewis Arnold.

Inspirée d’un faits réel, cette fiction se propose de revenir sur l’histoire du tueur en série Dennis Nilsen qui est donc connu sous le nom Des.

Avec David Tennant dans le rôle principal, Des suit l’arrestation, suite à la découverte de restes humains provoquant le blocage d’un égout près de sa maison, et l’enquête de 1983 afin de retrouver les victimes du célèbre tueur en série écossais.

Qualifié de “tueur bienveillant”, Nilsen était fonctionnaire et il a passé cinq années à assassiner des garçons et de jeunes hommes qu’il rencontrait dans les rues de Londres entre 1978 et 1983. Il rencontrait et se liait d’amitié avec ces hommes avant de leur offrir nourriture et logement pour la soirée dans son appartement du nord de Londres. Ses victimes étaient souvent des sans-abris ou des marginaux qui ne s’inquiétaient pas de l’apparente générosité de cet étranger. Lorsqu’il a finalement été arrêté le 9 février 1983, Nilsen avait assassiné jusqu’à quinze hommes sur une période de cinq ans.

Après son arrestation, Nilsen a admis les quinze meurtres, directement dans la voiture de police stationnée devant son appartement. 

Mais il a suscité l’exaspération des enquêteurs car il ne pouvait se souvenir des noms de ses victimes. En l’absence de motif apparent, de preuves médico-légales concluantes et d’informations sur les victimes, la police a lancé la plus grande chasse à l’homme de l’histoire du Royaume-Uni… Mais pas pour le meurtrier, pour les victimes.

L’histoire est racontée à travers le prisme de trois hommes isolés – un détective, un biographe et Nilsen lui-même.

Alors que le détective Peter Jay (Daniel Mays) essaie d’obtenir justice pour un maximum de victimes et présente le récit d’un point de vue émotionnel, la relation entre Nilsen et son biographe Brian Masters (Jason Watkins) nous permet de plonger dans l’esprit de l’un des tueurs en série les plus insaisissables. 

Décédé en 2018, il avait été condamné en 1994 pour 6 meurtres et deux tentatives de meurtre. Le véritable compte de ses victimes serait néanmoins deux fois plus important que cela.

Pouvons-nous vraiment comprendre un tueur en série ? Et si nous essayons, à quel prix ?